Suisse et horlogerie : le maintien d’un marché perturbé par la crise sanitaire



Malgré la crise sanitaire, les horlogeries suisses ont réussi à maintenir un chiffre d’affaires satisfaisant : 17 milliards de francs. Durant la pandémie, le pays a en effet souffert d’une baisse des exportations. Une tendance qui devrait s’inverser dans les mois à venir grâce à la réouverture des commerces, à la reprise des voyages et à la période de Noël.

Les ventes des montres suisses à l’international

Les ventes de montres suisses à l’international se sont vues diminuées durant l’année 2020 à cause de la crise sanitaire. Un bilan de 17 milliards de francs suisse a ainsi été enregistré contre 21,7 milliards de francs pour l’année d’avant. Un savoir-faire Suisse qui est très demandé à l’international, notamment dans les pays suivants : les États-Unis, le Japon et le Royaume-Uni et la Chine. Cette dernière a d’ailleurs été le principal pays importateur, la Suisse a exporté à son égard 54% de ses exportations totales.

En 2020, la Chine a donc été figure d’exception, elle a par ailleurs demandé beaucoup plus de montres que l’an passé puisqu’on constate une hausse de 20 % des commandes par rapport à l’année 2019. Concernant les autres pays cités, les demandes ont toutes été revues à la baisse. Un bilan qui reste somme toute très encourageant pour le marché de la montre suisse, qui explique notamment son succès par des produits possédant un système d’horlogerie d’exception.

Selon un rapport effectué en 2021 par la Fédération de l’industrie horlogère suisse, toutes les gammes de prix ont été touchées. Quant aux matières, les montres en acier sont celles qui ont eu le plus de succès en 2020 puisque représentant plus de 60 % des volumes totaux.

Une étude datant d’août 2021, révèle que la demande d’exportations auprès des horlogers retrouve le rythme d’avant-crise. Pendant la période pandémique, les horlogeries de luxe ont en effet vu diminuer la clientèle qui venait alors majoritairement de l’étranger. Les frontières des pays étant fermées et les voyageurs ne souhaitant pas risquer d’attraper la Covid-19, les populations habituelles n’ont pas été au rendez-vous durant l’année 2020.

L’industrie horlogère suisse a dû par ailleurs batailler pour se faire une place au soleil, aux côtés de leurs concurrents dans le secteur du luxe (joaillerie et maroquinerie). Les acteurs de l’horlogerie s’accordent cependant à dire que les chiffres devraient bientôt connaître un retour à la normale. Les montres-bracelets notamment, correspondent à une valeur de 95 % de la valeur des exportations. La Chine et les États-Unis sont cette année 2021 les champions importateurs de montres suisses. Ils enregistrent respectivement une hausse de la demande de 61,9 % et 22,4 %.

Les caractéristiques des montres suisses

Les montres suisses ont toujours été très prisées dans le monde, ceci parce qu’elles offrent une précision et un mécanisme hors pair, une technicité jamais égalée. Les Suisses sont par ailleurs connus pour leur sens du détail, offrant une horlogerie haut de gamme. Il est intéressant de constater que le pays occupe plus de 50 % du marché mondial de l’horlogerie. Les marques et les modèles les plus connus restent sur le devant de la scène, avec notamment la célèbre Omega Speedmaster, disponible sur le lien suivant : https://www.chronext.fr/omega/speedmaster.

À l’heure où la montre rencontre le numérique et propose désormais des systèmes connectés, la Suisse reste attachée à un système à aiguilles traditionnel et haut de gamme. Une solution conservatrice qui permet à nos voisins helvétiques de révéler encore une fois tout leur potentiel et leur savoir-faire en matière de mécanique horlogère.

L’histoire de l’horlogerie suisse

Si l’horlogerie suisse est aujourd’hui très prisée dans le pays et à l’étranger, force est de constater que ça n’a pas toujours été le cas. La Suisse a en effet connu des heures très sombres et le marché de la montre en a beaucoup souffert. Le secteur de la montre a enregistré un pic important à la fin des années soixante avec près de 90 000 employés et la création de 1500 entreprises.

Ce sont les montres à quartz asiatiques qui ont bouleversé le marché suisse dans les années 1970. Cette crise profonde n’a cependant pas anéanti la Suisse qui a su remonter la pente avec les années en produisant des « modèles de masse ». C’est à partir des années 2000 qu’elle s’est faite davantage connaître pour ses produits de luxe. En 2014, l’horlogerie a ainsi dépassé les 22 milliards de francs en termes d’exportations (un chiffre qui s’est vu doubler en 15 ans).

Depuis les années 1960, la Suisse est tributaire des travailleurs étrangers dans le domaine de l’horlogerie. Le pays a en effet un grand besoin de main d’œuvre pour faire tourner ses usines et se tourne naturellement vers les travailleurs étrangers. À l’époque, il s’agissait principalement de travailleuses d’origine italienne. Elles étaient peu qualifiées et très peu payées pour effectuer du travail de montage à la chaîne.

Aujourd’hui, l’horlogerie constitue un savoir-faire d’exception et la Suisse fait toujours appel aux travailleurs étrangers pour subvenir à leurs besoins dans ce domaine grandissant. La Suisse devient alors le nouvel eldorado pour tous les passionnés d’horlogerie, notamment pour les Français frontaliers. Ainsi, un emploi sur trois serait aujourd’hui occupé par un salarié français. Un clin d’œil historique intéressant quand on sait que l’horlogerie a été amenée en Suisse, au 16e siècle, par les réfugiés français protestants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

À la une

Peut-on porter plainte sans preuve réelle en France ?

De multiples plaintes sont déposées chaque jour. Rien qu'en...

VTT, VTC, trekking : comment choisir un vélo électrique ?

Appréciés pour leurs nombreux avantages, les vélos à assistance...

Suisse et horlogerie : le maintien d’un marché perturbé par la crise sanitaire

Malgré la crise sanitaire, les horlogeries suisses ont réussi...

L’Etat mise sur le numérique avec ses aides à la formation

C'est le droit de tous les travailleurs français, qu'ils...

Pourquoi et comment héberger une image ?

Des milliards de photos et d'images circulent chaque jour sur...

Bébés métis : pourquoi ces nouveaux-nés n’ont-ils pas encore la peau foncée ?

Résultats d'une société cosmopolite, les nouveau-nés métis sont sans...

Les Demoiselles du téléphone, une série forte en féminisme

Les séries espagnoles font parler d’elles. Entre Elite, qui...