Réparer rapidement la fibre de verre en dix étapes

Coque de bateau

Pour les amateurs de pêche et de navigation, l’émergence des embarcations à coque en fibre de verre dans les années 70 a représenté une petite révolution pour pratiquer les sports de rivière. Mais comment réparer sa chaloupe ou son canot soi-même ? Avec un peu de méthode et de résine, rien de plus facile !

Historique de la fibre de verre

C’est dans les années 30 que la fibre de verre est apparue comme matériau de synthèse, pourtant il faudra attendre plus de vingt ans pour que les industriels et autres fabricants commencent à l’utiliser dans la production de masse. À titre d’exemple, la première automobile entièrement conçue en fibre de verre fut la Corvette 1953. À l’époque, ce qui était en « fibreglass » était particulièrement à la mode. À partir de là, le quotidien a été envahi par cette résine futuriste, que ce soit pour les kayaks, les voiliers, les chaises ou les lampes… Il n’y avait aucun moyen d’y échapper.

Malheureusement, en dépit de son aspect révolutionnaire, la fibre de verre est assez fragile. Sans son côté bon marché et sa légèreté incomparable, il n’est pas dit que les amateurs de rivières et de rapides se la soient appropriée – mais ce fut le cas, puisqu’il s’agissait de la meilleure option pour eux. Pour s’assurer des descentes mémorables sur ces embarcations, il fallait ainsi donc être aussi habile dans le courant que pour le maniement de la résine, du durcisseur et de la fibre.

Dix étapes pour réparer la fibre de verre

Avant de se lancer tête baissée dans la réparation de la fibre de verre, précisions que les produits qui sont utilisés dans ce but sont nocifs pour la peau, et la santé en général. Il est donc indispensable de travailler dans un lieu ventilé si on n’a pas la chance de pouvoir travailler dehors. Portez une tenue de protection aussi intégrale que possible, quitte à ressembler à un scaphandrier ou un astronaute. Gardez à l’esprit que les poussières de fibre de verre forment des microparticules de verre particulièrement agressives pour la cornée des yeux et nos poumons.

Quel matériel pour ses réparations ?

  • 1 litre de résine de polyester
  • Une bouteille de 10 ml de durcisseur (catalyseur)
  • De la toile de fibre de verre de qualité (mat de verre)
  • Quelques spatules en plastique
  • Une meuleuse (ou du papier de verre)
  • Quelques assiettes en aluminium (sinon, des petits contenants carrés jetables)
  • Quelques pinceaux (ou rouleaux)
  • Plusieurs paires de gants chirurgicaux
  • De l’acétone pour nettoyer
  • Une boîte de papier cellophane

1. Évaluation des réparations

Commencez par jauger les réparations à mener, puis nettoyez les zones de bris. C’est comme de laver une plaie pour en retirer les saletés. Avec un nettoyeur à haute pression, on se facilite la chose.

2. Réparation à la meuleuse

À l’aide de la meuleuse, ou de papier de verre, sablez la zone à réparer. Ne craignez pas de sabler largement hors de la zone : c’est l’assurance que la résine collera mieux à l’esquif.

3. Résine et durcisseur

En principe, la résine est vendue dans un contenant de 1 litre, avec une bouteille de durcisseur de 10 ml. Quand vous les mélangez, assurez-vous de respecter une proportion rigoureuse : la moitié de la première mixée avec la moitié de la seconde, et ainsi de suite. Procédez petit à petit pour ne pas gâcher la résine.

Petite astuce : prévoyez une bouteille de durcisseur supplémentaire en cas de pépin lors du mélange.

4. Bien se préparer

Prenez votre toile de fibre de verre et découpez-la au format de la plaie à reboucher. Puis, placez tout votre matériel à proximité, car une fois le mélange fait, vous ne disposez pas de beaucoup de temps.

5. Gants médicaux au latex

La résine est extrêmement difficile à nettoyer, d’autant plus sur les mains. Le seul produit qui fonctionne c’est l’acétone, très toxique et agressif pour la peau. Mieux vaut vous équiper de gants chirurgicaux pour vous protéger.

6. La première couche de résine

À l’aide d’un pinceau, d’un rouleau ou d’une spatule en plastique, étendez une première couche de résine sur la zone à réparer. L’important est d’effectuer un travail « propre », car la résine sèche à vitesse grand V.

7. Pose de la toile (mat) de fibre de verre

C’est là que tout se joue ! Prenez le morceau de toile de fibre de verre découpé à l’étape 4, puis posez-le sur le point à réparer. Ils doivent être aussi ajustés que faire se peut.

8. La seconde couche de résine

C’est le moment artistique et créatif par excellence. La résine va ruisseler de tous les côtés, mais l’essentiel est que le mat soit intégralement imbibé par cette seconde épaisseur. Il en va de l’étanchéité finale.

9. L’astuce du chef : la pellicule de cellophane

Plutôt que de sabler, vous pouvez simplement caler une feuille de pellicule de cellophane sur la réparation. Le séchage durera certes plus longtemps, mais cela épargne une grosse phase de sablage – ce qui peut être pénible et fastidieux. Pour ôter les résidus de résine, un grattoir suffit alors. Sinon, sablez normalement.

10. Peindre le produit fini

En cas de dommage important sur un point sensible de l’embarcation, vous devrez certainement répéter le procédé en couches successives de résine. Tant que vous sablez à chaque épaisseur supplémentaire, tout ira pour le mieux. C’est une fois cette étape accomplie que vous pouvez user de peinture en aérosol à bas prix pour finaliser la couleur et masquer la réparation maison.

Et vogue la galère pour la suite !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*