Le crédit à la consommation repart à la hausse au 3e trimestre

Crédit consommation

Après une année 2018 plutôt difficile, 2019 se démarque par une hausse significative du crédit conso. Grâce à une activité qui a atteint près de 42,5 milliards d’euros, nous avons assisté à une nette progression se traduisant par une augmentation de 5 %. Cette croissance, se reflète-t-elle sur l’octroi de crédit en général et quelles sont les conditions qui s’y rattachent ?

Une augmentation généralisée

Les crédits renouvelables et les prêts personnels ont eux aussi connu une forte progression. Après une période de recul aux deux premiers trimestres, le crédit renouvelable a augmenté significativement de 3,4 % et les prêts personnels ont suivi avec une avancée de 3,7 %. Cela fait suite à un début d’année qui ne laissait pourtant pas présager une telle croissance.

Maintenant, les professionnels du crédit attendent les différentes annonces de l’Etat qui traceront les lignes directrices pour l’évolution des marchés en 2020. Tout semble indiquer que le Haut Conseil de Stabilité Financière souhaite limiter l’exposition des banques aux crédits immobiliers. Il est possible qu’une telle action freine aussi la croissance du crédit à la consommation.

Les conditions d’octroi de crédit

Il n’a jamais été aussi simple pour un particulier de financer l’achat d’une maison ou d’un appartement, et ce, malgré la flambée des prix de l’immobilier. La concurrence entre les banques est à un très haut niveau alors qu’elles cherchent continuellement à trouver de nouveaux clients pour tous types de prêts. Certaines banques offrent même la possibilité d’obtenir un crédit sans justificatif.

Force est de constater que les conditions d’emprunts restent très bonnes pour les particuliers, même s’il est vrai que les banques peuvent se permettre d’être davantage sélectives sur les dossiers des emprunteurs, car l’année 2019 a déjà été très prolifique pour elles.

La raison qui explique la croissance du crédit à la consommation

La croissance du crédit à la consommation est due en grande partie, à une politique monétaire, mise en œuvre par la Banque Centrale Européenne. En effet, la BCE, s’est mise au défi de générer une inflation qui devra rester plus au moins inférieur à de 2 %, dans toute la zone euro.

La mise en œuvre de cette politique est bénéfique aux ménages. Ils peuvent ainsi profiter d’un niveau bas du taux de crédit à la consommation. Bonne nouvelle : cette situation devrait se maintenir jusqu’à ce que la croissance se relance véritablement.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*