Douleur au bras gauche : signe de stress ou d’infarctus ?

Douleur bras gauche

Une lourdeur ou une douleur au bras gauche qui s’étend dans la poitrine peut être le signe d’un infarctus. Cette gêne n’est pas à prendre à la légère puisqu’elle peut mener à la crise cardiaque. Certains l’associent également au stress, mais ont-ils raison ?

Comment reconnaître un infarctus ?

Quand votre artère coronaire est obstruée ou trop abîmée, elle n’alimente plus suffisamment votre cœur en sang. Résultat, votre cœur ne parvient plus à pomper le sang pour l’envoyer dans le reste de votre corps et il s’épuise. Votre rythme cardiaque devient alors instable, vous ressentez une grande fatigue et une gêne générale. C’est ce que l’on appelle un infarctus.

Il ne faut donc pas confondre un infarctus avec une crise cardiaque, parce que l’infarctus, s’il est repéré à temps, ne nécessite pas une prise en charge en urgence et vous ne risquez pas d’en mourir. En revanche, s’il n’est pas repéré soigné à temps, il peut mener à une crise cardiaque, c’est-à-dire un arrêt complet du cœur.

Heureusement, en prenant le temps de vous renseigner sur le sujet, vous pouvez apprendre à repérer facilement les symptômes d’un infarctus. Le symptôme le plus connu, c’est la douleur intense dans le bras gauche accompagnée d’une sensation de lourdeur. Cette sensation est liée à la position du cœur et de l’artère coronaire qui privent alors le bras gauche de son sang en premier. Souvent, l’infarctus est accompagné d’une sensation d’angoisse et d’oppression inexplicable.

Le stress provoque-t-il des douleurs au bras gauche ?

Le stress n’est pas censé, à lui seul, provoquer des douleurs dans votre bras gauche. En tout cas, il n’est pas censé provoquer les douleurs et les sensations de lourdeur typiques de l’infarctus. Alors, le stress peut-il provoquer des infarctus et donc, indirectement, des douleurs au bras gauche ? Techniquement, non, le stress n’est pas, à lui seul, un facteur de risque.

En revanche, le stress favorise l’hypertension artérielle et celle-ci augmente effectivement les risques de faire un infarctus. Cependant, l’impact du stress n’est pas suffisant pour provoquer, à lui seul, un infarctus. Pourtant, un mode de vie stressant, associé à d’autres comportements à risques, peut grandement favoriser les infarctus.

Le stress est donc un facteur de risque qu’il est bon de diminuer au maximum, mais qui ne présente pas un risque majeur dans le domaine des cardiopathies mortelles. Cependant, le stress a de nombreux méfaits sur l’organisme, le cœur et les muscles qu’il est bon de connaître pour les repérer et y remédier en cas de problèmes.

Le stress provoque des gênes dans votre corps

Si vous faites attention à votre santé et que vous pratiquez une activité sportive régulière, vous ne ferez pas d’infarctus à cause du stress. En revanche, un stress prolongé et quotidien a tout un tas d’impacts négatifs sur la santé de votre corps. Les premiers à en souffrir sont souvent les muscles et l’estomac.

Les muscles souffrent beaucoup du stress parce que sous son effet, ils se tendent sur de longues périodes et se fatiguent. Vous pouvez donc ressentir toutes sortes de douleurs musculaires liées au stress et ce, partout dans le corps. Cependant, ces douleurs ressemblent davantage à des courbatures musculaires ou à des blocages comme les torticolis ou les tours de reins.

Enfin, une conséquence très répandue du stress chronique se retrouve au niveau de l’estomac sous la forme de brûlures locales très douloureuses. Ces douleurs peuvent être très pénibles et durer pendant de longs mois, c’est ce que l’on appelle alors une gastrite chronique. Dans le cas où vos brûlures d’estomac refuseraient de passer, consultez votre médecin, parce que leurs conséquences à long terme peuvent être pénibles.

Alors, quelles sont les causes d’une crise cardiaque ?

Un infarctus menant à une crise cardiaque peut avoir de multiples causes et plus elles se cumulent, plus le risque est élevé. S’il y a des cardiopathies congénitales, dues à des malformations ou à des maladies héréditaires, qui affaiblissent le cœur de certains enfants dès la naissance, elles sont, heureusement, plutôt rares.

Effectivement, l’immense majorité des cardiopathies qui nécessitent des traitements ou des interventions chirurgicales est liée au mode de vie du patient et pourrait donc être évitée avec des habitudes plus saines. Ces comportements mènent à ce que l’on appelle grossièrement l’insuffisance cardiaque. Le patient est alors opéré et/ou mis sous traitement.

Parmi les comportements favorisant l’insuffisance cardiaque et menant une immense partie des adultes occidentaux à l’insuffisance cardiaque, il y a évidemment le manque d’activité sportive. Ensuite, il y a, sans surprise, l’alimentation et la consommation d’aliments trop riches, comme la viande, trop salés, comme les plats tous préparés, et trop sucrés, comme presque tous les gâteaux vendus en supermarchés.

Le stress, un enjeu médical du 21e siècle

Même si le stress ne peut pas, à lui seul, être à l’origine d’un infarctus ou d’une crise cardiaque, ni d’aucune autre pathologie concrète, on le retrouve comme facteur favorisant dans de nombreuses maladies modernes. Le stress n’est même pas à l’origine, contrairement à la croyance populaire, des ulcères à l’estomac.

Pourtant, la médecine moderne le considère de plus en plus comme un problème de santé publique, dans la mesure où sa diminution dans notre quotidien amènerait, vraisemblablement, à la diminution du nombre de cas de certaines pathologies.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*