Masturbation féminine : conseils et méthodes pour se masturber et jouir heureuse

Masturbation féminine

Le monde irait mieux si les hommes admettaient qu’ils pleurent et les femmes qu’elles se masturbent. Loin des tabous qui entourent la masturbation féminine, j’aimerais partager avec vous les meilleures techniques pour jouir. Parce qu’il ne faut pas sous-estimer les vertus d’un orgasme et qu’il n’y a pas de honte à se donner du plaisir en solo.

Le clitoris, la clé d’un orgasme rapide

Beaucoup de femmes connaissent leurs premières expériences de masturbation en se caressant simplement le clitoris. Si la stimulation clitoridienne peut être un peu délicate, parce que l’organe concerné peut s’avérer très sensible et les premières sensations désagréables, elle est souvent moins effrayante que le fait de se doigter.

Avant de vous jeter sur votre clitoris et de le caresser frénétiquement, prenez le temps de faire monter l’excitation en vous caressant, sans forcément vous concentrer sur votre sexe. Avec la monter de l’excitation, le clitoris gonfle sensiblement, se dévoile davantage et le fait de le toucher n’est rapidement plus du tout désagréable.

La masturbation du clitoris est souvent la plus utilisée, notamment lorsque l’on a encore peu d’expérience avec son corps, parce qu’elle est simple, rapide et moins effrayante que le fait de s’insérer quelque chose dans le vagin. Pourtant, l’orgasme clitoridien, aussi agréable soit-il, n’est qu’une infime partie de la sexualité féminine. Il ne faut pas hésiter à explorer les autres options pour atteindre l’orgasme.

Comment bien se doigter le vagin ?

Toutes les femmes n’ont évidemment pas le même parcours, mais beaucoup de mes copines et moi-même avons eu un rapport un peu similaire à la masturbation. D’abord honteuse, je la pratiquais pour répondre à des pulsions auxquelles je ne voulais pas faire face. J’expédiais ça le plus rapidement possible sans vraiment prendre le temps de goûter mon plaisir. Il m’a fallu plusieurs années pour commencer à me doigter pour me donner du plaisir.

Se masturber en se doigtant le vagin est un peu effrayant au départ, surtout si on n’a jamais couché avec un homme et que la pénétration nous inquiète. Le conseil que je pourrais vous donner, c’est de ne pas presser les choses, prenez votre temps et apprenez à dompter vos désirs. Vous n’avez aucun intérêt à brusquer les choses et à vous faire mal. Il n’est ici question que de plaisir, alors commencez par vous caresser et par faire monter votre désir. Si vous avez l’habitude de vous caresser le clitoris, caressez-vous pour vous aider, mais n’atteignez pas l’orgasme trop vite.

Quand vous sentez que votre sexe est suffisamment ouvert et humide, vous pouvez commencer à y insérer un doigt. Utilisez du lubrifiant, des huiles ou même de la salive si vous en ressentez le besoin, et explorez vos sensations. Repérez la paroi supérieure de votre vagin et la zone striée qui la compose. C’est ce que l’on appelle le point G. Si ce n’est pas le bouton miracle que certains prétendent avoir trouvé, c’est tout de même une zone particulièrement sensible de la partie interne de votre clitoris. Une zone à ne pas délaisser donc !

Les femmes fontaines

Certaines femmes craignent, si elles se doigtent le vagin, de provoquer chez elle une éjaculation féminine. Il est vrai que cette technique de masturbation peut provoquer, chez certaines femmes, des éjaculations. Beaucoup de femmes craignent ces éjaculations parce que la sensation qu’elles provoquent se rapproche de l’envie d’uriner. Mais n’ayez crainte, si vous vous laissez aller, l’orgasme qui en découle est formidable.

En théorie, toutes les femmes peuvent éjaculer et pas seulement les femmes dites, vulgairement, fontaine. Si vous n’y parvenez pas, n’ayez crainte et ne vous forcez pas. Certaines femmes n’y parviennent pas et, pour ma part, il m’a fallu des années pour y arriver sans même faire exprès. Certes c’est une sensation assez étonnante et un orgasme particulier pour moi, mais pour d’autres femmes cela ne change vraiment rien. L’éjaculation féminine est donc d’une importance toute relative.

La méthode du coussin

La méthode du coussin est très connue, notamment parce que beaucoup de jeunes filles l’utilisaient avant même d’avoir conscience de ce qu’était la masturbation ou même le plaisir sexuel. En grandissant, j’ai commencé à m’en servir surtout quand mon copain me manque et que j’ai envie de reproduire les sensations d’un rapport avec un homme.

Cette méthode est très simple et il suffit de coincer un oreiller propre entre vos jambes et d’y frotter votre sexe. D’abord lentement, le rythme s’accélère souvent rapidement et il m’arrive même de finir par le chevaucher alors que je suis nue. Pensez tout de même à nettoyer la taie d’oreiller ensuite pour éviter de drôles de surprises à votre homme.

Quels objets pour faire de bons accessoires ?

Quand on commence à vivre sa sexualité sans honte et sans tabou, que l’on découvre les joies de se donner du plaisir à soi-même grâce à la masturbation, on commence rapidement à vouloir utiliser certains accessoires. Quand on n’a pas de sextoy sous la main, on en vient facilement à utiliser les objets qui nous entourent.

Beaucoup de femmes auront honte de l’admettre et refuseront sans doute de le faire, même auprès de leur copain, mais nous sommes nombreuses à avoir essayé tous les objets au moins un peu phalliques qui nous entourent. Quels sont les meilleurs accessoires ? Tous, à condition de faire attention à votre sécurité.

Par exemple, ne mettez rien dans votre vagin qui risque de s’y casser. Surtout rien en verre, vous pourriez vous blesser très gravement ! Veillez également à ce que votre séance de masturbation reste hygiénique en nettoyant avant (et après également), votre accessoire. Personnellement, je mets même des préservatives jusque sur les légumes dont je me sers pour me donner du plaisir.

Parmi les grands classiques de la masturbation féminine improvisée, on retrouve les légumes, évidemment, comme les carottes ou les concombres, mais aussi la brosse à dents et, surtout, le pommeau de douche. Ah, quelle merveille que ce pommeau de douche avec lequel vous pouvez longuement vous stimuler le sexe et le clitoris alors que vous êtes sous la douche.

La masturbation en public et l’amour du risque

Bref, vous l’avez sans doute désormais compris, il n’y a que du bon dans la masturbation. Vous apprendrez à connaître votre corps, vos désirs, à vous faire plaisir et donc à faire plaisir à votre éventuel copain. N’ayez honte de rien et explorez vos envies sans tabous. La seule règle, c’est celle de ne pas mettre sa sécurité en danger, notamment en n’utilisant pas n’importe quel accessoire.

Enfin, pour ma part, il m’est même arrivé de pimenter ma pratique de la masturbation en la pratiquant en public. La première fois que cela m’est arrivé, j’étais au cinéma et le film m’ayant passablement échauffée, je n’ai pas pu me retenir de me caresser. Toute seule, dans un coin de cette salle obscure, alors que j’aurais pu me faire surprendre par n’importe lequel de mes voisins, j’ai ressenti un plaisir d’autant plus grand qu’il a fallu que je gère mon orgasme silencieusement.

Bien sûr, on ne parle pas ici d’exhibitionnisme et tout l’art de la masturbation repose dans le fait de se donner du plaisir seule, mais aussi sans importuner personne. Alors, vivez une sexualité heureuse en apprenant à jouir sans honte et sans limite, que ce soit par votre vagin ou votre clitoris.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*