“Les amants de Pompéi” étaient en fait deux jeunes hommes

Les amants de Pompéï

Le couple, figé en l’an 79 lors de l’éruption du Vésuve et découvert au début du siècle, a fait l’objet d’une analyse ADN qui indique, comme le révèle le journal italien le “Corriere del mezzogiorno”, qu’il s’agit en fait de deux hommes. Âgés de 18 et 20 ans, rien ne prouve qu’ils étaient amants.

Une première théorie révoquée par le fascisme

Lors de sa découverte au début du siècle, le couple avait déjà fait l’objet d’hypothèses et Vittorio Spinazzola, l’archéologue à l‘origine de la découverte, avait quant à lui supposé qu’il pouvait s’agir de deux femmes, plus précisément d’une mère tentant désespérément de protéger ou de rassurer sa fille. L’hypothèse avait déplu au régime alors totalitaire, fasciste et machiste de Mussolini et avait valu à l’archéologue d’être écarté du site. Le couple avait ensuite été érigé au rang d’amants éternels par le régime propagandiste conformiste.

La vérité est autre

Le directeur actuel des fouilles du site archéologique de Pompéi, Massimo Osanna, a demandé une analyse ADN à partir des restes de dents et d’os emprisonnés dans les corps pétrifiés. Les résultats, dévoilés le 6 avril, ont de quoi surprendre et entourent le couple d’un nouveau mystère. En effet, les deux personnes retrouvées enlacées à jamais sont, d’après ce que révèle leur ADN, deux jeunes garçons de 18 et 20 ans, sans lien de parenté. Plus précisément, Massimo Osanna a précisé dans les colonnes du journal italien le “Corriere del mezzogiorno” que, après près de 2000 ans, l’ADN est abîmée et si le doute n’est pas permis pour le jeune homme de 18 ans, il y a une “grande probabilité” que celui de 20 ans soit aussi un garçon.

Toujours aucune certitude

Rien, toutefois, ne laisse penser avec certitude que les deux jeunes gens étaient amants. Leur position, certes, peut le laisser supposer et le couple légendaire a même déjà été renommé “Les amants gays de Pompéi”. “On ne peut pas affirmer que ces deux personnages étaient amants » explique Massimo Osanna, « Mais, compte tenu de leur position, on peut en faire l’hypothèse”. Cette vision romantique nous ferait presque oublier la panique et la terreur qui devaient régner alors. Amants ou pas, c’est ensemble qu’ils ont choisi d’affronter l’éruption et la certitude de leur mort, devenant un symbole universel d’amour éternel.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*