La croissance française est-elle en hausse ?

Illustration de la croissance

Les prévisions pour le PIB sont attendues mieux que prévu, c’est en tout cas ce qui ressort des derniers chiffres de l’INSEE, l’institut national de la statistique et des études économiques qui a donc revu à la hausse les prévisions de la croissance française pour 2017. L’explication ? Un climat conjoncturel jugé plutôt favorable.

Les prévisions de l’INSEE, un vent d’optimisme

Le constat peut surprendre, pourtant la croissance économique française résiste tant bien que mal au contexte d’incertitude actuel lié aux futures élections présidentielles. De nombreuses questions restent toutefois en suspens quant à l’avenir de l’Europe mais aussi des Etats-Unis. Il n’empêche que « le climat conjoncturel reste favorable » selon le chef du département de la conjoncture à l’INSEE.

Il n’en fallait pas plus pour que les prévisions soient relevées de 0,4% à 0,5% pour le deuxième trimestre. Ces chiffres viendraient à valider un acquis de croissance à +1,1%, soit autant que le total de la croissance française sur la seule année 2016, de quoi faire apparaître un vent d’optimisme.

Quel constat la Banque de France fait-elle ?

Du côté de la Banque de France, le constat est du même ordre. D’ailleurs, d’après le ministre de l’économie français actuel, Michel Sapin, ces prévisions démontrent que « la reprise qui est observée depuis 2015 est solide ». Toujours selon ce même Michel Sapin, la France est dans une bien meilleure situation en 2017 qu’en 2012, au début du quinquennat de François Hollande.

La Banque de France table donc sur une hausse de 1,3% du PIB. L’euphorie d’une forte reprise est toutefois à pondérer, de par les chiffres du déficit commercial, déficit qui s’est élevé en janvier à 7,9 milliards d’euros, un triste record.

La confiance des ménages à la hausse

Du côté de la dépenses des ménages, on note une hausse depuis l’année 2016, après huit années compliquées pour les français et les françaises en termes de pouvoir d’achat. Cette tendance devrait se poursuivre cette année, même si cette dernière devrait progresser à un rythme plus lent que l’année précédente, en cause le prix du pétrole à la hausse.

Ainsi, la confiance des ménages, à la veille des élections, ne semble pas impactée, les français ayant l’espoir de voir apparaître des perspectives économiques meilleures à la suite du scrutin présidentiel.

Les perspectives en termes d’investissement et de chômage

L’investissement des entreprises devrait, quant à lui, rester soutenu, après une année record enregistré en 2016, au plus haut depuis 2008. Les entreprises ont pu bénéficier d’un taux d’intérêt bas ainsi que du prolongement du dispositif fiscal de suramortissement. Quant aux perspectives de demande, celles-ci semblent bien orientées, depuis le pic du climat des affaires atteint en 2011.

En matière de chômage, on attend un taux à 9,5% au milieu de l’année contre 9,7% de la population active enregistré fin 2016, année 2016 qui fût d’ailleurs, l’objet d’un record de création d’emplois. Le rythme de hausse en termes de créations d’emplois devrait cependant baisser quelque peu en 2017.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*